• Partager:

Partager cette page

Pas de commentaire

L’accompagnement en prison…le legs

 

Il y a des êtres qui n’ont pratiquement jamais de répit. Quand la vie ne leur fait pas mal, ils la provoquent…Question d’habitude. Mais, lorsque la grande faucheuse frappe à leur porte, ils n’ont d’autres choix que de déposer les armes. À l’approche de la mort, nous sommes aussi démunis que l’enfant qui sort du ventre de sa mère. Accompagner un détenu à l’heure de sa mort, c’est faire preuve d’humanité. Ce moment ultime parfois peut donner du sens à toute une vie. Il y a toujours un legs de la part celui qui meurt et il doit être reçu parfois, il vous rend tout simplement plus humain.

13 Mai 1990. La journée de mes 40 ans, belle escapade avec mon amoureux à Ogunquit.

Un moment de bonheur pur. Pourtant, un fond d’anxiété m’habite une partie de la journée et de la nuit. Est-ce la pleine lune qui se joue de moi ?

Quelques mois plus tard, j’apprends que mon père est décédé cette fameuse journée.

Je ne me souviens pas d’avoir éprouvé un sentiment d’amour ou de haine pour lui. Le seul lien qui existait entre nous «  la peur ». Le tribunal fut notre dernière rencontre. J’ai refusé de le voir après sa sortie de prison. Et voilà qu’il me faisait un signe pour mes 40 ans. Un legs important «  je te rends ta vie ».

J’ai retrouvé la famille de mon enfance quittée à 13 ans pour aller vivre avec ma mère biologique, mais surtout pour me protéger de lui…C’est tout un univers la mort.

Voici un extrait du film avec Fleet Maull  qui nous livre un témoignage important sur l’accompagnement de fin de vie en prison.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>